Investissement

Syndic d’immeubles : avantages et inconvénients

Dans une copropriété, il y a ce que l’on appelle un syndicat. Ce dernier peut être bénévole ou être des professionnels engagés par les propriétaires. Plusieurs missions sont attribuées à ce bureau, dont la gestion administrative de l’édifice, le secrétariat de la copropriété, ou encore la mise à jour du carnet d’entretien de l’édifice. Voici les inconvénients et avantages de ces deux formes de syndicat d’immeuble.

Faire appel à un syndic professionnel : les avantages et inconvénients

Les rôles attribués au syndic sont multiples. Ils peuvent représenter de véritables contraintes lorsque la copropriété en question s’inscrit dans le cadre d’une opération immobilière neuve. En général, cette structure s’occupe de la gestion du bien en question. Dans le cas de figure susmentionné, elle prend également en charge certains travaux connexes à une construction neuve.

On lui incombe notamment le choix des prestataires. Aussi, ce bureau veillera à ce que ses missions soient réalisées dans le respect des exigences des nouveaux propriétaires. Il doit alors disposer d’une compétence certaine dans plusieurs domaines. Sachez par ailleurs que dès que la copropriété fait plus de 3 lots, les responsabilités du syndic deviennent importantes. Un syndicat coopératif ou un syndicat bénévole est alors dans l’incapacité de supporter ces obligations.

Mis à part cela, en faisant appel à https://easysyndic.be, syndic professionnel, les copropriétaires profitent d’une couverture obligatoire. Celle-ci se présente sous la forme d’une garantie de responsabilité civile. Elle assurera aux propriétaires une indemnisation certaine en cas de faute de gestion.

En outre, opter pour un syndic professionnel comprend également certains inconvénients. Il s’agit, entre autres, de la participation financière de chaque copropriétaire pour payer les services de ce prestataire.

Syndicat d’immeuble bénévole : les plus et les moins

Un syndicat représente légalement les membres d’une copropriété. Cette fonction peut être accordée à un professionnel en la matière. Cependant, dans certains cas, les copropriétaires décident de déléguer ce rôle à des bénévoles. Ces derniers peuvent être des personnes morales ou des personnes physiques. Elles doivent détenir un lot ou une partie du lot du programme qu’elles administrent. Cette structure a tout à fait le droit de conclure des contrats au nom de la copropriété. Elle peut aussi faire office de représentante judiciaire en cas de litige.

Syndic d’immeubles

En optant pour un syndic bénévole, la copropriété bénéficie de certains avantages. Cette alternative présente avant tout un intérêt d’ordre économique, car il n’y a pas d’honoraire à payer. Les copropriétaires doivent toutefois payer certaines dépenses du syndicat. Ces dernières incluent les courriers, téléphones, etc.

Par ailleurs, il n’est pas nécessaire qu’un syndic professionnel ait des compétences professionnelles précises. Cependant, pour garantir la gestion de l’immeuble, il serait plus judicieux de choisir un syndic possédant des connaissances juridiques et comptables. D’ailleurs, ce représentant est tenu de choisir des contrats au nom de la copropriété. Faire respecter les réglementations régissant l’immeuble est également du ressort de cette structure.

Un syndicat bénévole a ses limites. Il n’est pas adapté à certains immeubles. S’il s’agit d’une grande propriété, le mieux, c’est de recourir aux services d’un professionnel. Vu l’importance de la tâche, un syndicat bénévole ne pourra conjuguer cette fonction avec une activité professionnelle.

Aussi, l’un des inconvénients majeurs du syndicat bénévole est le manque de garantie. En plus, ce bureau n’est pas obligé de contracter une assurance professionnelle. Il est cependant possible de souscrire à une assurance responsabilité civile. Cette dernière sera couverte par les charges de copropriété.